26 janvier 2015

Danser les ombres - Laurent GAUDÉ

éd Actes Sud - 256 pages
Ce qu'en dit l'éditeur :
En ce matin de janvier la jeune Lucine arrive de Jacmel pour régler une affaire familiale à Port-au- Prince. Mais, très vite après sa descente du bus dans cette ville où elle a connu les heures glorieuses et sombres des manifestations cinq ans plus tôt, elle sait qu'elle est revenue pour ne plus partir, pour construire ici la vie qui l'attendait. Hébergée chez Fessou, dans une ancienne maison close, elle fait la connaissance du maître de maison, le Vieux Tess, et de ses amis et partenaires hebdomadaires de longues parties de dominos : Le Facteur Sénèque, Pabava, Jasmin Lajoie, Boutra. et le docteur Saul, fils d'une domestique et du maître de la maison Kénol, qui soigne les gens mais n'a pas terminé ses études de médecine. Dans la cour sous les arbres, dans la douceur de l'amitié et du temps tranquille, quelque chose frémit qui pourrait être le bonheur, qui donne du courage, l'envie d'aimer et d'accomplir son existence. Mais le lendemain la Terre tremble, la ville s'écroule, le sol s'éventre. Que peut-il rester d'espoir et de projets aux rescapés ? 

Laurent GAUDÉ, né en 1972, est l'auteur de près d'une dizaine de romans 
(Prix Goncourt pour La mort du roi Tsongor et Le soleil des Scorta),
d'une douzaine de pièces de théâtre, et de nouvelles
Ce que j'en ai pensé :
J'attends toujours chaque nouveau roman de Laurent GAUDÉ avec une impatience et une joie non dissimulées ! Depuis "Le soleil des Scorta", qui m'avait bouleversée, je n'ai raté aucun de ses romans ! j'ai vibré à chacune de ses lignes, me suis laissée emporter par ses histoires, et à chaque fois, je ne suis pas déçue, je vibre à ses mots, j'en ressens la poésie, parfois le lyrisme, je suis chacun des personnages qu'il dépeint...
Ce roman ne déroge pas à la règle ! L'écriture est forte, elle impose son rythme, sa respiration, elle déroule les phrases, les met en suspens, accélère les mots. Elle restitue les vibrations de la terre en colère qui s'ouvre pour laisser sortir les morts, elle s'amuse d'une partie de domino et d'une jolie fille en jupe très courte. Les noms des personnages, des lieux cadencent le texte (je ne me lasse pas de "Fessou Verte", le nom du bordel de Port-au-Prince, tenu par le Vieux Tess !). La sarabande est aussi folle que la terre est violente, on ne sait plus qui est mort et qui est vivant tant l'esprit vaudou, de Baron Samedi à Madame Brigitte, s'amuse à mélanger les ombres ! Les personnages s'entrecroisent, se retrouvent et se perdent (Lucine et Nine sa soeur, Pabava, le facteur Sénèque, Firmin "Matrak" l'ex-tonton makoute, Ti Sourire et Emeline, Saul, Lily et Boutra...).
Et au-delà de la catastrophe, des destins contés, j'ai surtout lu une magnifique ode au peuple haïtien, un hommage à ses révoltes, à sa liberté, à son histoire tumultueuse et à son immense courage.
C'est un roman puissant tel une déclaration d'amour ;o)
Au milieu des décombres, un an après le séisme (photo François Pesant)
Extraits :
"Hommes, ce qui est sous vos pieds vit, se réveille, se tord, souffre peut-être, ou s'ébroue. La terre tremble d'un long silence retenu, d'un cri jamais poussé.
Hommes, trente-cinq secondes, c'est un temps infini et vos yeux s'ouvrent autant que les crevasses qui lézardent les routes et les murs des maisons. En ce jour, à cet instant, tous les oiseaux de Port-au-Prince s'envolent en même temps, heureux d'avoir des ailes, sentant que rien ne tiendra plus sous leurs pattes, et que, pour les minutes à venir, l'air est plus solide que le sol."

"Ils l'aiment pour les silhouettes presque inertes qui gisent sur un bord de rue, de tout âge, hommes ou femmes qui n'ont plus de parents, plus de maison et qui, au fond des yeux, ne semblent plus ressentir de douleur parce qu'ils sont trop loin. Ceux-là, qui s'en souviendra ? Ceux-là, ils avancent encore un peu, titubant du choc qu'ils viennent de subir, mais ils ne vivront plus? Lorsque les forces les quitteront, ils s'arrêteront définitivement et mourront sans même gémir. Ceux-là sont les ombres dont l'Histoire est faite, même plus des individus, non, des ombres sans nom, sans passé, qui ne parlent à personne. L'Histoire les avale, les mâche, s'en nourrit, les absorbe sans rien dire (...) et ils s'en vont, sans violence, en tournant le dos, levant un bras au ciel pour saluer ces hommes qui leur ont parlé ou pour dire, juste, en silence : "J'ai été...souvenez-vous, j'ai été...Et tout le monde s'en moquait..."
PS : en ce moment, une expo qui se termine le 15 février au Grand Palais et qui présente toute la richesse de la production artistique sur l'île d'Haïti.

2 commentaires:

  1. Je vais le lire, ta chronique est splendide et en plus c'est un auteur que j'apprécie énormément :) !

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai pas été aussi emballée que toi je dois dire ;-)

    RépondreSupprimer