11 mars 2015

Nuit d'orage à Copacabana - Luis Alfredo GARCIA-ROZA

titre original : Espinosa sem saida
traducteur : Sébastien ROY
éd Actes Sud - 256 pages
Ce qu'en dit l'éditeur :
Par une nuit d’orage, un indigent déguenillé gît dans une impasse, une balle en pleine poitrine. L’homicide d’un “sans-grade” est d’une banalité telle sous ces latitudes que la raison voudrait que l’affaire fût classée rapidement. C’est compter sans l’opiniâtreté du commissaire Espinosa qui s’emploie à élucider le mystère de ce meurtre sans arme, sans témoin, sans indice et sans mobile. Quelques jours plus tard, dans un immeuble huppé d’Ipanema, une jeune psychothérapeute est retrouvée morte sur son divan, entièrement dévêtue. Entre ces deux affaires, qu’a priori tout sépare, une toile de mystères alliant phobies, perversions sexuelles, schizophrénie, troubles psychotiques. C’est une simple sensation de vulnérabilité, ténue et inexplicable, qui met Espinosa sur la piste. Le commissaire-philosophe sait mieux que quiconque que dans la scène de crime se joue toujours une scène de l’enfance, avec son cortège d’expériences traumatiques.
Luiz Alfredo Garcia-Roza est né à Rio en 1936. 
Philosophe et psychologue, il a enseigné la théorie 
psychanalytique pendant trente-cinq ans
 à l’université fédérale de Rio.
Ce que j'en ai pensé :
Drôle de polar ! Assez lent, basé sur l'analyse psychologique (une des victimes est d'ailleurs thérapeute, et l'un des suspects finit en hôpital psy !), sur la réflexion mais aussi sur la violence et le sexe, ce polar m'a déroutée...
L'intrigue est plutôt bonne, bien menée, cohérente, les personnages sont nuancés, pervers, intelligents, le décor est quasi idyllique (Ipanema, Copacabana) mais..il m'a manqué un petit quelque chose, plus de peps, plus d'action ? Peut-être est-ce dû à la traduction ? 
Mais j'ai aimé quand même et je suis persuadée qu'il me faudrait lire d'autres rompols de cet auteur pour me familiariser avec ce commissaire Espinosa, cérébral et intuitif (et fan de littérature !).

1 commentaire:

  1. C'est marrant, j'ai lu un livre de lui récemment avec presque le même titre : il a un univers particulier.

    RépondreSupprimer