3 juin 2016

Terreur dans les vignes - Peter MAY

Editions du Rouergue Poche
Parution : mai 2016
Titre original : The critic
Traduction : Ariane Bataille
368 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :
Gil Petty était un critique redoutable dans le monde des vins, de ceux qui font et défont les rois. La publication de ses notes de dégustation était un moment redouté, susceptible de ruiner un vigneron, ou de lui apporter la fortune. Il s’intéressait au vignoble de Gaillac lorsqu’il a disparu. Et ses fameuses notes semblent s’être évaporées en même temps que lui. Mais, un an après, son cadavre réapparaît, dressé comme un épouvantail dans les vignes, revêtu du costume de cérémonie de l’ordre de la Dive Bouteille, et dans un sale état. Il semble bien avoir séjourné un moment dans une barrique de rouge… Précédé de sa flatteuse réputation d’enquêteur hors pair et bien décidé à approfondir les subtilités des vins de Gaillac, Enzo Macleod décide de reprendre une enquête restée au point mort. C’est que Petty ne manquait pas d’ennemis, en particulier en France où l’on n’appréciait pas cet Américain ayant le culot de dire aux Français si leur vin était bon ou pas. Mais, entre les dégustations de grands crus et l’offensive de charme de la fille du défunt, c’est bel et bien sa peau que Macleod met en jeu. Car le tueur n’est pas à un meurtre près. Bouteilles, cadavres et compagnie, on déguste avec Peter May !

 Né en 1951 à Glasgow, Peter May a été journaliste, puis brillant et prolifique scénariste de la télévision écossaise. Il vit depuis une dizaine d’années dans le Lot où il se consacre à l’écriture. Sa trilogie écossaise – L’Île des chasseurs d’oiseaux, L’Homme de Lewis et Le Braconnier du lac perdu –, initialement publiée en français par les Éditions du Rouergue, a conquis le monde entier. 

Ce que j'en ai pensé :
La trilogie écossaise m'attend sur un rayon de ma bibliothèque mais je n'ai pas résisté à ce petit roman policier parce qu'il se déroule dans le vignoble de Gaillac.
Si l'ensemble se lit d'une traite, si le ton est plaisant, cet opus m'a laissée insatisfaite ; l'intrigue reste classique et les personnages sont finalement brossés de façon un peu caricaturale (l'enquêteur très Don Juan, la veuve américaine liftée et siliconée, la jeune fille issue de la campagne mais brillante à l'université, le viticulteur un peu rustre et vaguement suspect, etc...).
L'intrigue tourne autour de la vigne, les cadavres s'amoncellent dans les chais, les enjeux sont viticoles (mais pas seulement...) : pas un mauvais polar mais pas non plus un bon cru ! A lire en vacances avec un verre de vin de Gaillac ;o)

2 commentaires:

  1. Beaucoup entendu parler de sa trilogie écossaise, que je vais lire en priorité

    RépondreSupprimer
  2. Oui comme Eva, d'ailleurs j'ai acheté le premier volet de la trilogie .. bon par contre, j'ai lu l'un de ses derniers romans, Les fugueurs de Glasgow - pas mal, même si j'ai trouvé qu'il lui manquait un je-ne-sais-quoi...

    RépondreSupprimer