8 septembre 2017

Un jour, tu raconteras cette histoire - Joyce MAYNARD

Editions Philippe Rey
Parution : 7 septembre 2017
Titre original : The best of us
Traduction : Florence Levy-Paoloni
432 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

Après un mariage raté, un douloureux divorce et quelques brèves histoires, à cinquante-cinq ans, Joyce Maynard n’attend plus grand-chose des relations sentimentales. Et pourtant. Sa rencontre avec Jim vient tout bouleverser: l’amour comme elle ne l’imagine plus, celui qui va même lui faire accepter de se remarier.
En 2014, après trois ans d’une romance tourbillonnante, on diagnostique chez Jim un cancer du pancréas. Au cours des dixneuf mois qui suivent, alors qu’ils luttent ensemble contre la maladie, Joyce découvre ce que signifie être un véritable partenaire, en dépit de la souffrance, de l’angoisse, du désespoir qui menace à chaque instant.
«Un jour, tu raconteras cette histoire», lui avait dit Jim avec tendresse. C’est chose faite. Joyce Maynard retrace ces années heureuses faites de voyages, de petites et grandes folies, de bonheurs du quotidien – dîners sur leur terrasse près de San Francisco, escapades à moto, concerts de rock, baignades dans les lacs du New Hampshire ou du Guatemala. Puis, elle confie leur combat, leurs espoirs de guérison, les opérations et les médicaments, sa colère contre le sort, sa fatigue parfois, mais surtout la force de l’amour qui les unit.
Avec sensibilité et finesse, Joyce Maynard se met à nu dans un texte empli de joies et de larmes, un récit bouleversant sur l’amour et la perte, une histoire unique qui a permis à chacun d’offrir à l’autre le meilleur de lui-même.

Ce que j'en ai pensé :

J'avais beaucoup aimé Les règles d'usage, dernier roman de l'auteur paru en France malgré sa fin un peu convenue et très américaine et je me réjouissais d'entamer ce livre que j'ai d'abord pris pour un roman.
Il s'agit en fait d'une autobiographie qui commence par retracer certains moments de la vie amoureuse de l'auteur jusqu'à sa rencontre avec Jim qui la réconcilie avec l'amour. 
 
Je me suis vite lassée de ces épisodes intimes, des dîners aux chandelles, des virées en France, des concerts et je n'ai pas réussi à entrer vraiment dans ce livre, même après l'annonce de la maladie de Jim et le combat du couple contre le cancer.
Je lui reconnais pourtant une qualité d'écriture indéniable, une narration fluide mais j'ai été agacée par cette sorte d' américanisme triomphant (avec la foi et l'amour, tout est possible), le coté parfois trop romantique et franchement nunuche de ces « aventures » amoureuses via internet qui occupent une bonne part du roman, et j'ai regretté de ne pas être émue, de me sentir éloignée de cette histoire trop intime.
Sans doute aurais-je préféré ne pas connaître l'intimité de Joyce Maynard, je ne suis pas très fan des rubriques people et cette lecture m'amenait juste à la limite du voyeurisme...


6 commentaires:

  1. Je suis en train de lire! Je ne trouve pas qu'il y ait une forme de voyeurisme dans ce récit. Je pense plutôt que pour l'aider à surmonter cette très douloureuse épreuve qu'est le décès de son mari, et surtout vu les circonstances, elle a dû passer par l'écriture. Après, doit-elle le publier? La question peut rester ouverte.

    Elle a décidé de le faire et je pense que c'est surtout pour rendre hommage à cet homme qui lui a fait radicalement changer sa vision qu'elle avait de l'amour et du mariage, et de l'homme qu'il a été, pour sa personne.

    Étant une fan de Maynard, je suis heureuse d'en apprendre d'avantage sur la femme qui se cache derrière l'auteure.

    Dans la première partie, j'ai beaucoup apprécié la sincérité qu'elle témoigne dans les enseignements qu'elle tire de ses rencontres. J'ai aimé aussi sa vision du mariage, de la femme, de l'épouse, même si je ne suis pas toujours d'accord avec elle, et ce n'est pas ce qu'elle nous demande.

    Je verrai le final, ici je trouve la seconde partie un peu longue et trop détaillée (multiples rencontres avec les médecins, tous les traitements et trajets vers les hôpitaux...). On verra :)

    RépondreSupprimer
  2. merci d'avoir partagé ton avis ! j'apprécie ton regard, bien qu'il soit différent du mien, c'est intéressant et constructif d'avoir ce genre de réponse !

    RépondreSupprimer
  3. Je suis fan de Maynard, mais je vais me concentrer sur ses romans. C'est dit!

    RépondreSupprimer
  4. Je comprends ce que tu veux dire lorsque tu parles de voyeurisme. Je le comprends car c'est totalement ce que j'ai ressenti en visitant la page Facebook de Joyce Maynard, après avoir refermé le livre. Néanmoins, ce n'est pas ce que j'ai ressenti en le lisant. Là, j'avais plutôt l'impression d'une amie qui me raconte sa vie.

    RépondreSupprimer
  5. J'aurais pu copier mot pour mot ce qu'à écrit Laeti. Si j'ai un bémol c'est sur la partie médicale, beaucoup trop détaillée pour moi.

    RépondreSupprimer