6 mars 2018

De l'autre côté des montagnes - Kevin CANTY

Editions Albin Michel 
Parution : 31 janvier 2018
Titre original : The underworld
Traduction : Anne D'amour
272 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

1972, Silverton, petite ville du nord-ouest des États-Unis. La mine d’argent fournit du travail aux hommes, régit la vie des familles et domine les existences. Certains se résignent à une vie de rude labeur, d’autres  ne rêvent que d’échapper à ce destin. Mais lorsqu’une catastrophe survient à la mine, coûtant la vie à des dizaines d’hommes, c’est toute une communauté qui est frappée par une onde de choc et de chagrin.
À la manière de Russell Banks dans De beaux lendemains, Kevin Canty s’attache aux conséquences de cette tragédie sur des hommes et des femmes qui, malgré tout, ne perdent pas espoir. Comme Jordan, qui se retrouve désormais seule pour élever ses jumelles, ou David, forcé de renoncer à ses études après la mort de son frère. Quant à Ann, qui voulait à tout prix un enfant, la voici à vingt-deux ans dépossédée de sa vie. Et pour Lyle, l’un des rescapés, l’existence prend soudain un autre sens. S’inspirant d’un fait réel, Kevin Canty saisit ces destins à la perfection et fait revivre toute une époque, nous offrant des pages débordantes d’humanité. 

Ce que j'en ai pensé :

Je vais sûrement faire court. Tant pis !

Ça me plaisait bien, au départ, j'étais conquise par la 4ème de couverture et je me disais qu'un roman qui évoquait la vie des mineurs dans ce patelin paumé du Montana allait me plaire, à coup sûr.

Sauf que je n'ai aimé presque aucun des personnages, à part Ann et Lyle, je n'ai pas ressenti d’empathie pour ces gens (à qui j'aurais bien été incapable de donner un âge !) même si, pour plein de raisons, leur misère m'a touchée.
Ils sont tous un peu perdus, ils ont tous choisi la vie de mineur (ou de femme de mineur) par défaut, beaucoup s'en contentent, d'autres rêvent de Californie,  et pourtant, pour moi, ça n'a pas fait vibrer la corde sensible.

Pour une fois, je n'ai pas été sensible à la vie dans ce village marqué par la tragédie, quand bien même j'aurais aimé en savoir plus sur David et Ann, et sur le passé de Lyle. J'aurais presque préféré le huis-clos au fond du puits de mine...

Il m'a manqué un je-ne-sais-quoi, mais je suis passée à côté de ce roman dont j'attendais beaucoup et qu'Electra a adoré !

4 commentaires:

  1. Il est dans ma pal et moi aussi j'en attends beaucoup. J'espère que mon avis penchera plus du côté d'Electra que du tien ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le souhaite !! et je guette ton billet ;o)

      Supprimer
  2. oh désolée de lire cela alors que pour moi ce fut tout l'inverse, j'ai beaucoup aimé les personnages à l'inverse ! j'ai aimé leurs failles et leur désespoir. Je pense effectivement que Jérôme pourrait plus pencher de mon côté ce coup-ci !

    RépondreSupprimer
  3. Je l'ai lu dans la journée d'hier, d'une traite. Comme toi, je suis loin du coup de coeur. Je rassemble mes irritants pour rédiger mon billet!

    RépondreSupprimer