10 mars 2018

Janvier noir - Alan PARKS

Editions Rivages Noirs
Parution : 7 mars
Titre original : Bloody january
Traduction : Olivier Deparis
365 pages

Ce qu'en dit l'éditeur :

"Le regard du gamin se fixa soudain, comme s'il venait seulement de remarquer sa présence. Son bras pivota dans sa direction, le pistolet se braqua droit sur sa tête. McCoy se figea tandis que le gamin affinait sa visée. Une détonation sèche retentit. Une nuée de moineaux s'envola du toit et la foule paniqua pour de bon." 

Dans l'un des secteurs les plus passants de Glasgow, devant la gare routière, un garçon d'à peine vingt ans ouvre le feu sur l'inspecteur McCoy et sur une jeune femme, avant de retourner l'arme contre lui. La scène se déroule sous les yeux de Wattie, l'adjoint de McCoy. 

Qui est ce mystérieux garçon ? Quel est le mobile de son acte ? C'est ce que les deux policiers vont s'efforcer de découvrir, malgré l'opposition de leurs supérieurs. Une enquête en forme de déambulation dans une ville âpre, noire, parfois désespérée et pourtant palpitante d'humanité. Une ville qui vous saute à la gorge et ne vous lâche pas. 


Ce que j'en ai pensé : 

Un drôle d'inspecteur ce Mc Coy ! 

Flirtant avec la pègre écossaise, amoureux d'une pute camée, mais réglo, même si la bière l'hydrate plus que l'eau et que la bagarre ne lui fait pas peur ! Et puis, il traîne un passé lourd, des trucs qu'il n'a pas trop envie de raconter (sa mère en asile psy, son père alcoolo et lui dans un orphelinat où il s'est fait tripoter par les curés).
Ça ne l'empêche pas d'être un bon flic, de ceux qui ne laissent pas passer les dérives des richards pleins de morgue !

Et là, il est servi.

J'ai adoré ce polar ! J'ai adoré l'ambiance glauque de ce Glasgow en pleine sinistrose au début des années 1970 ! Chantiers navals en grève, attentats de l'IRA en Angleterre, rancœurs larvées, petits caïds qui veulent encadrer le commerce de la brune, clandés et partouzes de la "haute" pleine de perversion.

Et pourtant,  pas de clichés dans ce roman ! On pourrait presque en faire un polar qui se déroulerait aujourd'hui tant rien ne parait avoir changé, omerta, puissance, complicités.
La narration est bien menée, et le polar devient très rapidement addictif : je l'ai lu très vite, enthousiasmée par les personnages, leurs psychoses, leurs dérives et l'atmosphère bien restituée !

Pour tout dire, j'aimerais bien retrouver ce "poulet" un peu borderline dans d'autres enquêtes !!

Merci aux Editions Rivages et à Hind de garnir ma boîte aux lettres de polars d'aussi bonne qualité !

9 commentaires:

  1. Oui, vraiment de la bonne came.Alan Parks a l'intention d' écrire une histoire de la criminalité à Glasgow en 12 volumes,on ne peut que l'encourager.

    RépondreSupprimer
  2. alors, oui, je signe pour les 11 prochains tomes ! c'était excellent !!

    RépondreSupprimer
  3. Pour cette ambiance écossaise poisseuse je suis partant !

    RépondreSupprimer
  4. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer
  5. Virginie, je pense que tu peux suppprimer le commentaire d'Adelaine ... je note le polar !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MDR !! assez cocasse en même temps non ?

      Supprimer