20 mai 2018

Goodbye, Loretta - Shawn VESTAL

Editions Albin Michel  - Collection Terres d'Amérique
Parution : 28 mars 2018
Titre original : Daredevils
Traduction : Olivier Colette
352 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

Short Creek, Arizona, 1974. Loretta, quinze ans, vit au sein d’une communauté de mormons fondamentalistes et polygames. Le jour, elle se plie à l’austérité des siens, la nuit, elle fait le mur et retrouve son petit ami. Pour mettre un terme à ses escapades nocturnes, ses parents la marient de force à Dean Harder, qui a trente ans de plus qu’elle, une première femme et déjà sept enfants…
Loretta se glisse tant bien que mal dans son rôle d’ « épouse-sœur », mais continue à rêver d’une autre vie, qu’elle ne connaît qu’à travers les magazines. La chance se présente finalement sous les traits de Jason, le neveu de Dean, fan de Led Zeppelin et du
Seigneur des anneaux, qui voue un culte au cascadeur Evel Knievel. C’est le début d’une aventure mémorable aux allures de road trip vers la liberté qui va vite se heurter à la réalité...
Un superbe roman, profond et drôle à la fois, qui nous plonge au cœur de la mythologie de l’Ouest américain, tant sacrée que profane. 
Evel (Robert Craig) Knievel (1938-2007)

Ce que j'en ai pensé :

Elle en a ras-le-bol, Loretta,  de cette vie en Arizona, de ces mormons qui régentent sa vie, l'obligent à se marier avec un vieux (qui a déjà convolé en premières noces !). Elle voudrait juste du gloss qui brille et une voiture rose !

1975, l'Amérique peine à sortir de la guerre de la Vietnam, et Loretta rêve d'une autre vie, de fuir, peu importe avec qui, que ce soit Bradshaw, Jason ou son pote Boyd, ou encore Evel Knievel, ce cinglé qui a fabriqué sa fusée et manque de mourir à chaque fois qu'il la lance !

Son road-trip ne commence qu'aux deux-tiers du roman, quand Loretta elle-même semble y avoir renoncé, et, il manque singulièrement de rythme ! Les jeunes fuyards (Loretta, Jason et Boyd), pourchassés par Bradshaw et par Dean, échouent dans un motel où les tensions entre eux s'exacerbent. Une aventure qui tourne court, une fuite peu rocambolesque et la rencontre avec le fameux Knievel qui cristallise ce qui oppose les mormons au reste des américains (sexe, alcool, exubérance).
Alors que tout au long du roman, on se demande ce que vient faire ce "héros" de la culture US (c'est lui le "Daredevil" qui donne son nom au roman), on comprend mieux au fil des dernières pages comment il a pu être le lien entre les personnages et leur désir de fuite, ce qu'il a pu représenter de la modernité de l'Amérique (et de sa décadence aux yeux des mormons).

Un bon roman, aux personnages complexes, mais qui s'étire un peu en longueur ; une image de l'Amérique dans toutes ses contradictions, un portrait intelligent des minorités mormones mais aussi de l'adolescence et de ses espoirs, de ses ambiguïtés.

4 commentaires:

  1. Réponses
    1. Hâte de lire ce que tu en auras pensé !

      Supprimer
  2. Les avis sont mitigés sur ce roman, ni rejet définitif, ni enthousiasme débordant. A voir...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il m'a manqué un zeste de folie, de vrai road trip !

      Supprimer