6 octobre 2019

Encre sympathique - Patrick MODIANO


Editions Gallimard - Collection La Blanche
parution : 3 octobre 2019
144 pages


Ce qu'en dit l'éditeur :

«Et parmi toutes ces pages blanches et vides, je ne pouvais détacher les yeux de la phrase qui chaque fois me surprenait quand je feuilletais l’agenda : "Si j’avais su…" On aurait dit une voix qui rompait le silence, quelqu’un qui aurait voulu vous faire une confidence, mais y avait renoncé ou n’en avait pas eu le temps.»

Ce que j'en ai pensé :

Retrouver Modiano, c'est accepter de replonger dans les brumes du temps, à la recherche de personnes perdues de vue depuis longtemps et dont on n'est même pas sûr qu'elles aient existé, si tant est que leur nom soit leur véritable identité.

C'est naviguer en somnambule dans un Paris qui n'existe plus, dans un temps révolu où les numéros de téléphone ne comportaient pas encore 10 chiffres, à une époque avant les 30 glorieuses où des passés parfois honteux s'effacent et où des avenirs pleins de promesses se dessinent. La fin d'un monde, le début d'une nouvelle ère, où chaque fois le narrateur s'égare, se raccroche à des bribes de souvenirs, des réminiscences..

L'OBS qualifie Modiano de "maître des horloges", c'est presque définir l'auteur, ses sursauts vers le passé, son écriture parfois elliptique (qu'on ne peut manquer d'associer à ses interventions filmées, bredouillantes, hésitantes, comme à la recherche du mot juste qui donnera son sens à sa pensée).

L'encre sympathique, c'est celle qui écrit les messages secrets, celle qui donne encore à voir, roman après roman, l'auteur, dans sa complexité (puisqu'il évoque ici plusieurs fois 'acte d'écriture), et peut-être dans ses complexes.

Un excellent opus ! J'ai beaucoup aimé !!


Extrait :

"Je crois qu'il est préférable de laisser courir sa plume. Oui, les souvenirs viennent au fil de la plume. Il ne faut pas les forcer, mais écrire en évitant le plus possible les ratures. Et dans le flot ininterrompu des mots et des phrases, quelques détails oubliés ou que vous avez enfouis, on ne sait pourquoi,au fond de votre mémoire remonteront peu à peu à la surface. Surtout ne pas s'interrompre, mais garder l'image d'un skieur qui glisse pour l'éternité sur une piste assez raide, comme le stylo sur une page blanche. Elles viendront après les ratures."

4 commentaires:

  1. J'ai peu lu Modiano mais j'aime cette fidélité de ses fans de la première heure :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous ses romans ne se valent pas, mais tout le monde s'accorde pour dire qu'il y a une "petite musique" (et ça doit fidéliser les fans !)

      Supprimer
  2. C'est comme moi avec Jean-Paul?
    En passant, ça fait un bout que tu n'as rien publié. En panne de lecture? J'espère qu'il n'y a rien de grave...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même genre ! et pour Dubois, je fais partie du club aussi !!
      c'est vrai que ça fait plus de 10 jours sans rien ici, j'ai un peu la flemme mais surtout bcp de mal à trouver qq chose qui me donne envie ! ça va revenir !

      Supprimer